Jeudi 18 octobre 2018 | 9h00 – 12h00
Pas de droits d’inscription, mais la pré-inscription (gratuite) est obligatoire (du café sera fourni lors de l’inscription et de la pause du milieu de la matinée)
Cette séance aura lieu en anglais seulement.

Parrainé par…

mhcc-logo-simplified-fr-cmyk

Tour d’horizon

Les aînés canadiens sont moins susceptibles de déclarer que leur santé mentale est très bonne ou excellentei, et les problèmes mentaux et les maladies mentales sont aussi communs chez les personnes âgées que dans les autres groupes d’âge. En 2016, on estimait que l’anxiété, la toxicomanie et la dépression étaient aussi communes que la démence parmi les 1,8 million de personnes de 60 ans et plus présentant une maladie mentaleii. Pourtant, ni la mauvaise santé mentale ni les maladies mentales ne sont des conséquences naturelles du vieillissement. Chez les aînés, les problèmes de santé mentale peuvent ne pas être détectés du fait d’idées fausses sur le vieillissement « normal » et d’un manque de connaissances des professionnels de la santé, des familles et des aînés eux-mêmes. Des interventions efficaces sont possibles pour promouvoir la santé mentale et prévenir et traiter les maladies mentales afin d’assurer une bonne santé durant la vieillesse.

Toute une série d’approches est nécessaire pour s’attaquer au large éventail de facteurs de risque et à la protection de la santé mentale et contre la toxicomanie chez les personnes âgées, et pour améliorer la capacité des professionnels de la santé, des aînés et des familles de soutenir les personnes âgées et d’améliorer leur santé mentale. Ces efforts doivent être déployés dans divers secteurs et diverses disciplines, y compris dans les soins à domicile. Des discussions sur la façon dont les services de soins à domicile répondent aux besoins en matière de santé mentale ont lieu en toile de fond depuis un certain temps, mais sauf pendant une courte période il y a plus d’une dizaine d’annéesIII, elles ne sont jamais parvenues sur le devant de la scène. Un récent examen de documents directifs et scientifiquesiv a montré :

  • qu’il y a une insuffisance de focalisation sur la santé mentale des aînés dans les programmes de financement des soins à domicile et les politiques;
  • que des soins formels à domicile peuvent avoir un effet positif sur les clients;
  • qu’une attention minimale est accordée aux besoins des divers sous-groupes de personnes âgées (tels qu’immigrants, communauté LGBTQ, personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie et communautés autochtones);
  • que la démence/la santé cognitive et les maladies mentales/la santé mentale tendent à être considérées comme des entités distinctes.

Objectifs

Le but de cet atelier est de recueillir l’avis de divers spécialistes, praticiens et personnes ayant une expérience des problèmes de santé mentale à propos d’un document d’orientation et d’information que la Commission de la santé mentale est en train d’élaborer sur le thème « Soins à domicile, santé mentale et vieillissement ». Ce document est destiné à faire office de source de conseils pour les planificateurs et les fournisseurs de soins en ce qui concerne les stratégies et les outils susceptibles d’aider les services de soins à domicile à mieux répondre aux besoins en santé mentale des personnes âgées.

Les participants vont :

  • passer en revue et commenter les conclusions d’une étude et d’une table ronde d’intervenants clés qui s’est tenue en novembre 2017;
  • discuter des possibilités de mieux répondre aux besoins en santé mentale au niveau des soins à domicile en ce qui concerne les politiques, les programmes et les pratiques sous divers aspects, tels que compétences, formation et soutien des fournisseurs de soins à domicile et de soins de santé primaires, technologie, accès, intégration et soutien pour la collaboration, inclusion et besoins des populations différentes, questions d’admissibilité et adoption d’une approche holistique de soins axés sur la famille et sur la personne;
  • avoir la possibilité de partager leurs propres exemples de bonnes pratiques innovatrices ou émergentes.

Qui devrait y participer ?

  • Administrateurs, planificateurs et fournisseurs de soins de santé, de services à domicile, de soins de santé mentale et de services sociaux
  • Organismes de services communautaires
  • Décideurs politiques
  • Chercheurs
  • Organismes non gouvernementaux et défenseurs des droits
  • Personnes âgées et leurs réseaux de soins
  • Étudiants

Animateurs

L’atelier sera animé par des membres du personnel du Centre d’échange de connaissances du Centre de la Commission de la santé mentale, qui codirigent deux projets sur le vieillissement et la santé mentale au Centre : Sareda Quah-Vo, courtière du savoir, et Francine Knoops, analyste principale, Politiques stratégiques et Engagement des parties prenantes.

Références

[i] Mental Health Commission of Canada. (2015). Informing the Future: Mental Health Indicators for Canada. Based on data from the Canadian Community Health Survey, Public Use Microdata File, Statistics Canada (years 2003, 2005, 2007/08, 2009/10, 2011/12). Also available from CANSIM table 105-1101. https://www.mentalhealthcommission.ca/English/resources/mhcc-reports/mental-health-indicators-canada

[ii] Mental Health Commission of Canada.  (2017). Strengthening the case for Investing in Canada’s mental health system: Economic considerations. Based on modelling data in Smetanin, P., Stiff, D., Briante, C., Adair, C.E., Ahmad, S. & Khan, M. (2011). The life and economic impact of major mental illnesses in Canada: 2011 to 2041. RiskAnalytica on behalf of the Mental Health Commission of Canada. https://www.mentalhealthcommission.ca/sites/default/files/2017-03/case_for_investment_eng.pdf

[iii] Canadian Mental Health Association. (2002).  Supporting Senior’s Mental Health Through Home Care.

[iv] Wilson, K., Stinchcombe, A. (2017). Seniors Mental Health and Home Care.  A scoping review for the Mental Health Commission of Canada. October 2017 (unpublished).